On voit grand à la NeoCast de Strasbourg

On voit grand à la NeoCast de Strasbourg

Le weekend dernier s’est déroulée la seconde édition de la NeoCast, la convention réunissant les vidéastes du Web et leurs fans. Et pour l’occasion, les organisateurs ont vu grand, quasi tout a été doublé. De la surface du salon, qui s’est invité au Zénith de Strasbourg, au nombre de visiteurs (5000 contre 3000 l’an passé). C’est plus d’une centaine d’invités représentant 80 chaînes et émissions YouTube qui se sont retrouvés pour échanger avec leur public pendant deux jours.

 Les vidéastes signent des dédicaces sur leurs stands

Une programmation chargée

Les visiteurs avaient de quoi faire avec la programmation plus que chargée de l'événement. Une quinzaine de conférences sur la grande scène du Zénith, plus d’une trentaine d’ateliers à taille humaine (une cinquantaine de places dans deux salles improvisées) et un concert de Mr Yéyé pour boucler le tout. Plusieurs entreprises ou associations se sont également proposées pour organiser des activités, essentiellement autour du jeu vidéo. Nous avons ainsi eu droit a une arène de combat Nerf, de l’initiation à l’électronique, ou encore la possibilité de partir avec un cliché professionnel sur le stand de Canon, partenaire de la convention.

Alors que certaines conférences proposaient un débat autour des sujets tendances dans le milieu des YouTubers comme “La place du viewer sur YouTube” ou encore “Droits d’auteurs et financement sur YouTube”, beaucoup d’entre elles étaient des échanges entre les plus gros des invités et leur public, sous forme de questions-réponses. C’est notamment le cas d’Antoine Daniel, Cyprien ou encore le Joueur du Grenier, trois des vidéastes les plus emblématiques présents sur la convention.

Les ateliers étaient des moments plus intimes avec les vidéastes, très intéractifs et souvent reflétant le contenu produit sur leurs chaînes YouTube. Ainsi, Baptist qui anime plusieurs émissions sur sa chaîne “Parlons Y-Stoire” a par exemple proposé une séance d’investigation de films contenant des erreurs historiques. Un atelier s’est même fait par correspondance depuis Los Angeles, où Hardisk nous parlait des dernières nouveautés dans le milieu des caméras, suite à son passage au salon NAB de Las Vegas.

 

Il y en avait pour tous les goûts

Bien que pas forcément représentatif de l’état actuel de ce qu’il se fait dans la vidéo sur Internet, le panel de YouTubers présents était bien diversifié.

Laink et Terracid, PopiGames et bien d’autres au gaming, DirtyBiology ou encore Dr Nozman à la science, MisterFox et le Fossoyeur de films au cinéma. YouTube permet également à beaucoup d’amateurs de vidéos de partager leur passion sous forme courts-métrages, étaient par exemple présents TotalementTom, le “papa de l’internet”, ou encore FloBer. Castor Mother est quant à elle spécialisée dans le monde des animaux. Bien d’autres invités étaient présents, parlant de vulgarisation ou encore d’humour.

Dany Caligula, très engagé dans la politique, a lui beaucoup échangé ce weekend avec son public au sujet de ses dernières vidéos commentant la loi travail ou encore son investissement dans le mouvement #OnVautMieuxQueÇa.

Plusieurs personnes ont souligné ne pas comprendre les critères mis en jeux dans la sélection des invités et notamment le faible nombre de femmes présentes dans la liste. Éspérons plus de transparence sur ce point pour la prochaine édition.

 Dany Caligula dans une des salles d'activités pour un débat d'idées

Les sciences s’invitent pour le plaisir de tous

Particularité de cette année, c’est un collectif de vidéastes spécialisés dans la vulgarisation scientifique qui a eu droit a un énorme stand pour présenter le travail aux visiteurs sous forme d’expériences plus étonnantes les unes que les autres

Nous vous invitons à découvrir les membres du collectif VideoSciences et leurs activités du weekend d’ici quelques jours dans un second article.

 Fred de l'Esprit Sorcier ainsi que d'autres vidéastes du collectif VideoSciences

Cette édition 2016 a l’air d’avoir convaincu une fois de plus ses visiteurs, bien que côté organisation on commence à atteindre les limites en terme de taille avec le format actuel. Le bon fonctionnement de la convention a nécessité pas loin de 90 bénévoles qui n’ont pas eu le temps de s’ennuyer. Bien que le lieu soit impressionant, on peut également s'interroger sur la pertinence du lieu du Zénith qui n’a aucune salle insonorisée et dont le hall est un peu froid.

Merci à Desmu pour la relecture