Notre verdict après trois mois d'abonnement à YouTube Red en France

Notre verdict après trois mois d'abonnement à YouTube Red en France

Vous avez sûrement déjà un abonnement à Spotify, à Netflix ou encore à d'autres services de streaming multimédia en ligne, mais laisserez-vous tenter par l'ultime abonnement proposé par Google ? Jusqu'ici on a eu tendance à s'habituer au fait que le géant propose la majorité de ses services gratuitement. Êtes-vous prêt à sacrifier l'équivalent d'un McDo tout les mois pour accéder à ce nouveau service ? Alors qu’on attend toujours encore son lancement en France, j’ai pu tester YouTube Red depuis maintenant un peu plus de trois mois, et je voulais partager mes retours avec vous.

YouTube Red, c'est quoi déjà ?

Pour résumer en une phrase : c'est un service de streaming de musique, un bloqueur de pub sur YouTube et un accès à un catalogue de contenus originaux. J'ai volontairement listé ces éléments dans cet ordre là, à mon humble avis, ce sont ses arguments les plus convainquants.

Une vraie alternative à Spotify et autres Deezer

En réalité, le service de musique n'est pas vraiment nouveau, il existe depuis plusieurs années. Le catalogue de Google Play Music est très fourni et on appréciera tout particulièrement les playlists créées à la volée en fonction du moment de la journée ou des événements du moment. L'experience est top, autant sur l'application mobile que sur le lecteur web. On peut également importer nos propres pistes et sauver les musiques pour les jouer en mode hors-connexion.

J'avais testé Google Play Music depuis l'été 2015, et donc à l'annonce de YouTube Red je me voyais à la fois excité d'apprendre que l'abonnement au nouveau service et au service de streaming musical fusionnaient, mais j'étais aussi frustré d'apprendre que pour en profiter en France il allait falloir patienter un bon moment...

Ajoutez à ça une nouvelle application qui permet d'écouter en streaming les musiques provenant de vidéos YouTube. Sobrement nommée YouTube Music, l'application crée notamment des playlists à partir des vidéos musicales que vous avez liké sur votre compte. Pratique pour suivre et écouter les artistes qui n'ont pas encore leur place dans le catalogue de Google Play Music.

Google Play Music est inclut dans l'abonnement YouTube Red

Des contenus originaux avec en guests stars les YouTubers les plus populaires

Parlons donc maintenant des fonctionnalitées et services propres à YouTube Red. Si au départ le fait de masquer les publicités était le point le plus mis en avant par Google (j'y reviendrai tout à l'heure), on voit clairement que la force de frappe du service constitue en ses contenus originaux. Encore rares à l’heure actuelle, ils attirent beaucoup de public, car les acteurs dans ces séries ou émissions ne sont ni plus ni moins que les stars de YouTube. Et d'ailleurs, le site n'a pas oublié les personnes vivant en dehors des États-Unis, puisque n'importe qui peut payer le droit de regarder un épisode en VOD contre quelques euros. Autant dire que vous allez vite vous ruiner si vous voulez suivre toute l'aventure de Felix Arvid Ulf Kjellberg (PewDiePie pour les intimes) et sa série "Scare PewDiePie" (en réalité, il vous en coûtera à peine plus de 20€ pour la saison complète).

En attendant l'arrivée de YouTube Red en France, les contenus originaux sont disponibles en VOD

Plus de pubs, mais vous continuez de soutenir la création

Ahhh, les pubs, l'ami détesté des internautes. En France particulièrement, on aime beaucoup les bloqueurs de publicités. D'après une étude récente, 30% des français utiliseraient AdBlock. Grâce à cet outil, les pubs disparaissent de vos vidéos YouTube comme par magie, pour environ 0€, c'est pas beau ? Oui, mais…

En réalité, le bloqueur de publicités de YouTube Red fait plus que juste masquer les publicités, c'est également une alternative à la rémunération des créateurs de contenus sur le site. Comme vous le savez certainement les YouTubers perçoivent habituellement un pourcentage des revenus publicitaires générés grâce aux bannières et vidéos pré-roll sur leurs contenus. Difficile de savoir exactement comment le nouveau système de rémunération fonctionne, mais d'après certains vidéastes, une vue d'un abonné YouTube Red serait plus intéressante (quand on sait qu'une vue sur une vidéo avec publicité rapporte environ 0,001€, cela ne serait pas étonnant).

Quand il n'y en a plus, il y en a encore

Reste encore quelques autres fonctionnalitées dans le package que vous jugerez peut-être utiles. Une fois l’abonnement à YouTube Red souscrit, l'application mobile se dote de nouveaux outils : l'enregistrement de vidéos pour une lecture hors-connexion, ainsi que la possibilité de jouer une vidéo en arrière-plan (en continuant d'utiliser votre mobile sans que la vidéo ne se coupe, ou encore avec l'écran vérouillé). Particulièrement pratique pour écouter vos podcasts favoris tout en répondant à vos e-mails !

 

Le service se fait attendre en France

Et pas qu'en France, puisqu'il y a encore quelques jours, YouTube Red n'était disponible qu'aux États-Unis, mais Google a commencé à déployer le service dans d'autres pays anglophones (en Australie et en Nouvelle-Zélande), presque 7 mois jour pour jour après son lancement.

Quand on interroge les conseillers commerciaux de YouTube, pas moyen d'obtenir une date de lancement en France ni même en Europe, mais on sait tout de même qu'ils y travaillent. Preuves en sont les e-mails et pages du site déjà traduites, on se demanderait presque ce qu'il les empêche d'accélérer la mise à disposition du service. Peut-être travaillent-ils d'abord à produire des contenus originaux en français ?

Le site et les e-mails de YouTube Red sont déjà prêts et traduits en français

En profiter dès maintenant, pas impossible mais compliqué

Vous pouvez vous en doutez, je ne me suis pas payé un voyage chez l'oncle Sam pour réussir à vous faire cette review de YouTube Red. J'ai rencontré trois obstacles pour réussir à m'abonner au service. Premièrement, il faut accéder à la page de souscription depuis une IP américaine, facile à contourner avec une extension navigateur de proxy vous laissant sélectionner le pays de votre choix. Vient ensuite la partie un peu plus contraignante : il faut que Google croit que vous habitez aux États-Unis. Pour cela j'ai du renseigner dans mes détails de facturation du compte Google une adresse localisée là-bas (au hasard). Et pour finir, il faut un moyen de paiement compatible avec le pays en question. Ma carte bancaire déjà liée à mon compte Google ne pouvait pas être utilisée. Mais heureusement Paypal est accepté et j'ai finalement réussi à me faire débiter mes $9.99 pour pouvoir profiter de YouTube Red.

Enfin presque. Car même si vous en arrivez là, vous allez difficilement pouvoir profiter de l'ensemble des fonctionnalités, à moins d'utiliser un VPN à la fois sur vos ordinateurs et vos appareils mobiles, et là ça commence à devenir vraiment contraignant. J'ai passé environ deux heures en chat avec les conseillers YouTube Red pour en arriver là, eux-mêmes m'ont déconseillé d'aller jusqu'au bout sachant que je ne pourrais pas profiter pleinement de l'expérience YouTube Red.

 

Le verdict

Vous n'aurez aucune excuse le moment venu pour ne pas profiter des premiers 30 jours gratuits, ou bien pour demander votre souscription si vous êtes déjà actuellement client Google Play Music. Pour ce qui est du reste, je vous laisse juger des critères qui selon vous justifieront de payer 10€ par mois.

Pour ma part le service de streaming de musique était clairement le point d'entrée, et quand on compare désormais une offre Play Music + YouTube Red à un abonnement Spotify ou Deezer, il est évident qu'on en a plus pour son argent. Mais si vous êtes déjà un fidèle de ces services concurrents, à vous de voir si les contenus originaux ou le fait de savoir que vous supportez vos vidéastes préférés tout en évitant les pubs valent le coût. En tous cas, ne prenez pas l’abonnement uniquement pour “soutenir” les créateurs plutôt que d’utiliser AdBlock comme tout le monde, il sera plus efficace de répartir les 10€ sur les comptes Tipeee de vos vidéastes préférés !



Merci à Desmu pour la relecture